C’était la fin des vendanges sur le vignoble alsacien, mais aussi le début de certaines fermentations alcoolique. Toutes les grappes ou presque (*1) étaient coupées et pressurées. La magie était en train d’opérer à l’intérieur des cuves et le vin commençait tout juste à prendre vie… Retrouvez ci-dessous, le résumé de notre escapade automnale.

Fin septembre, nous sommes parties à la rencontre du vignoble le plus biodynamique d’Europe. Nous avons visité des Domaines emblématiques mais aussi, rencontré des vignerons alsaciens qui s’efforcent de redonner à la plante et au sol un équilibre. On vous parle ici, de nos impressions, nos vins coups de cœur, mais aussi, d’une architecture de cave un peu particulière nommée : ” le Chai bioclimatique “. 

(*1) En Alsace, il existe aussi des « vendanges tardives » et des « sélections de grains nobles ». En effet, certains raisins sont sélectionnés pour être ramassés plus tardivement. Ils mûrissent plus lentement que les autres et sont davantage gorgés d’arômes intenses et remarquables. L’objectif est d’avoir des notes de sur maturité et de concentration pour élaborer des vins avec un équilibre sucre-acidité éblouissant ou encore pour faire des moelleux ou liquoreux.

Zoom sur le Chai Bioclimatique

Avant de partir en Alsace, nous n’avions jamais entendu parlé de « Chai bioclimatique en paille ». Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ce n’est pas « la maison des trois petits cochons », mais une réalisation exemplaire d’un bâtiment servant de cave (élaboration du vin, stockage des bouteilles ou encore caveau commercial).

Matthieu Boesch devant son chai bioclimatique réalisé en paille et en bois
Aperçu de la conception du bâtiment avec la paille qui permet une bonne isolation

Cette cave est entièrement fabriquée avec des matériaux naturels – bois, paille, chaux – qui possèdent des propriétés intéressantes pour l’élevage du vin. La paille permet non seulement une bonne isolation, mais possède aussi une inertie incroyable. L’ hygrométrie peut être constante toute l’année et cela permet aux vins, de ne pas fermenter trop rapidement.

Le chai bioclimatique du Domaine Achillée : une cave arty pleine de vie de bonne humeur.

La démarche biodynamique des Domaines alsaciens

Les produits chimiques conduisent à une dégradation des sols, de l’air, de l’eau et des paysages. Face à ce constat, de nombreux vignerons ont décidé de respecter la viticulture. La biodynamie (*2) considère que la plante, le sol et la terre sont un écosystème dont il faut assurer l’équilibre. C’est la raison pour laquelle, en biodynamie, on utilise le moins de mécanisation possible dans les vignes, et le moins d’intrants (*3) possible dans la vinification.

Le Pinot noir en train de fermenter dans les cuves du Domaine Boesch...

→ Vinification du Pinot noir au Domaine Boesch. Ici, on oxygène les moûts pour que les levures naturelles puissent se multiplier. 

(*2) La biodynamie est une démarche plus spécifique que l’agriculture biologique. Cette dernière préconise la réalisation de pratiques culturales en harmonie avec les cycles cosmiques et en particulier avec le calendrier lunaire. (Pour rappel : nous avions synthétisé les notions de bio, biodynamie et vins natures pour expliquer la différence de chacune des démarches. Si cela vous intéresse, voici le lien de notre article).
(*3) Lorsque nous faisons référence « aux intrants », nous évoquons notamment les levures chimiques et les sulfites. Dans ces Domaines, les levures (champignons unicellulaires qui transforment le sucre en alcool) sont indigènes. Les vignerons n’en rajoutent donc pas puisque ces levures sont naturellement présentes sur la peau du raisin.
Selon un géobiologue local, le bâtiment du Domaine Binner aurait, un taux vibratoire digne d’un monastère !
"Opération Foulage" avant la fermentation alcoolique au Domaine Binner. L'idée est d'éclater les baies de raisins (sans écraser les pépins) pour en extraire le moût.

En Alsace, la biodynamie est bien plu présente que dans tous les autres vignobles.  C’est même le leader européen ! Depuis qu’Eugène Meyer et Zind-Humbrecht ont introduit cette pratique respectivement en 1969 et 1997, la biodynamie ne cesse d’évoluer et les préoccupations relatives à la santé et à à la préservation de l’environnement sont devenues des priorités.

Une sensibilité et une aventure commune

Les vignerons qui entreprennent la viticulture biologique avec sa variante biodynamique sont reconnus en Alsace, comme des personnes passionnées et unies entre elles. En effet, on remarque que la proximité des Domaines alsaciens permet aux biodynamistes de ne pas être excentrés. Les vignerons ont l’habitude d’échanger leur point de vue et d’organiser des conférences pour sans cesse s’améliorer.

Leur objectif est d’élaborer des vins avec une âme véritablement présente. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, un grand nombre d’entre eux, ont choisi de construire un Chai Bioclimatique. Cette architecture atypique permet en quelque sorte, de se sentir bien et de faire circuler une bonne énergie. Aussi, il y a une volonté de revenir aux pratiques anciennes en élaborant du vin comme autrefois (et bien sûr sans entrant chimique).

Au Domaine Achillée - Après les vendanges...
Maison Charles Frey père et fils
Gérard et Matthieu BOESCH